Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



La galerie Véro-Dodat (1826)

Rue du Bouloi

galerie véro dodat

L’entrée principale de la galerie Véro-Dodat, rue du Bouloi

Située entre les rues du Bouloi et Jean-Jacques Rousseau, la galerie Véro-Dodat constitua, au moment de sa création, en 1826, un raccourci à l’abri des intempéries reliant le quartier des Halles au Palais-Royal. Bâtie en pleine vogue des passages couverts, la galerie Véro-Dodat est un projet purement spéculatif, qui consistait en une enfilade de devantures de boutiques au rez-de-chaussée et de logements à l’étage. 

Ce sont deux commerçants parisiens, Benoît Véro et un dénommé Dodat, tous deux charcutiers, qui mirent en œuvre cette opération immobilière. Ils achetèrent un hôtel particulier, rue du Bouloi, et une grande parcelle, rue de Grenelle Saint-Honoré (actuelle rue Jean-Jacques-Rousseau), leur substituèrent des immeubles, articulés autour de deux cours intérieures, et aménagèrent un passage couvert traversant ces parcelles.

Selon L’Éventail : écho des coulisses, Messieurs Véro et Dodat, désignés comme « les deux plus riches charcutiers de la Capitale », célébrèrent l’ouverture de la galerie par « un grand repas auquel furent conviés tous les charcutiers de Paris et aussi quelques célébrités » (C. de Bassanville, « Charcutiorama », L’Éventail : écho des coulisses, 7 novembre 1852, n° 135, np).

L’entrée principale, sur la rue du Bouloi, est signalée par une grande arcade en plein cintre, flanquée de pilastres ioniques. Les pilastres soutiennent un entablement terminé par une corniche à denticules et modillons ; la frise de l’entablement porte le nom de la galerie en lettres capitales. Une demi-lune en ferronnerie livre la même information dans la partie cintrée de l’arcade.

Le tracé de la galerie Véro-Dodat n’étant pas exactement perpendiculaire aux rues qu’elle relie, il forme un axe transversal qui accentue l’illusion de profondeur.

DSCF7971

La galerie Véro-Dodat, vers la rue du Bouloi

La galerie Véro-Dodat a joui d’un succès immédiat : on y trouvait, vers 1836, « deux libraires, deux tailleurs, un chapelier, un pharmacien, un parfumeur, un coiffeur, un cabinet littéraire, un bijoutier, un bottier, un changeur. » (Georges Cain, « Un Vieux passage parisien », Le Figaro, 22 juin 1913, n° 173, [p.1]). La tragédienne du Théâtre-Français, Élisabeth-Rachel Félix, dite Rachel (1821-1858), y occupa un logement et le journal satirique Le Charivari y installa ses presses.

Le succès de ce passage couvert s’expliquait également par la proximité de l’entreprise de diligences que Vincent Caillard créa, en 1826, avec Pierre et Jean-Baptiste Laffitte, sous l’appellation des « Messageries générales de France ». L’entreprise assurait l’acheminement des dépêches et du courrier, ainsi que le transport des voyageurs entre Paris et la France entière. Les voitures hippomobiles des « Messageries générales de France » avaient la rue du Bouloi pour terminus. L’administration de l’entreprise avait ses bureaux dans les rues Saint-Honoré et de Grenelle-Saint-Honoré (actuelle rue Jean-Jacques-Rousseau).

« On devine alors l’incessant défilé, le remue-ménage, le brouhaha causés par tous ces départs et toutes ces arrivées », écrit Georges Cain dans Le Figaro, qui se souvient « d’avoir usé (…) dans sa petite jeunesse des voitures de la rue du Bouloi » (Le Figaro, 22 juin 1913, [p. 1]). Ce mode de transport faiblit après l’essor du transport ferroviaire dans la seconde moitié du XIXe siècle. La fermeture des Messageries Caillard et Laffitte, rachetées en 1854, précipita le déclin de la galerie Véro-Dodat.  

DSCF7889   DSCF7890

Le décor sculpté de la galerie Véro-Dodat, rue Jean-Jacques-Rousseau

Un large balcon en ferronnerie domine l’entrée de la galerie Véro-Dodat, du côté de la rue du Bouloi. Il précède une grande porte-fenêtre axiale, encadrée par deux niches à sculpture. Celles-ci présentent, à gauche, la figure d’Hermès, dieu du Commerce, coiffé du pétase (casque ailé), serrant d’une main le caducée et de l’autre, une bourse d’argent ; et à droite, une copie du Satyre au repos, célèbre type statuaire attribué au sculpteur de la Grèce antique, Praxitèle.

galerie Véro-Dodat

La galerie Véro-Dodat, vers la rue du Bouloi

La galerie est soigneusement dallée de carreaux noirs et blancs posés sur la pointe ; elle s’élève sur deux niveaux éclairés par des bras de lumière à un seul globe lumineux. Le mode de couvrement de la galerie Véro-Dodat alterne les plafonds à caissons peints et les verrières à double pente. L’or des cuivres et les faux marbres se distinguent encore, mais n’ont plus la vivacité d’autrefois.

  dodat 5

La devanture des boutiques

La devanture des boutiques présente le même modèle sur toute la longueur de la galerie : les vitrines sont divisées par de minces pilastres qui soutiennent un entablement doté d’une frise et d’une corniche à denticules et modillons ; elles sont couronnées d’une arcature en plein cintre qui retombe en « bande lombarde » ou en étroites baies.

Les fenêtres à persiennes de l’étage, qui percent des murs blancs à refends horizontaux, correspondent aux logements réservés initialement aux particuliers.

dodat 8

La frise décorative de l’étage

Sous les verrières, les fenêtres de l’étage sont surmontées d’un entablement dont la frise sculptée « à la grecque » reçoit palmettes et candélabres stylisés, avec des caducées à intervalles réguliers. L’entablement traverse également la galerie au niveau des plafonds à caissons peints. 

  DSCF7967

Les bras de lumière

Deux colonnes engagées à chapiteau composite, avec feuilles d’acanthe et caducées, supportent, entre chaque module, une saillie de l’entablement, qui reçoit les bras de lumière et leur base décorative. Celle-ci montre un petit génie aux serpents assis sur un trône de feuilles d’acanthe encadré de rinceaux, qui serre entre les mains deux énormes cornes d’abondance.

DSCF7892

Une lyre, ornant la base de deux colonnes au niveau du café de l’Époque

Ces colonnes reposent sur une base qui intègre une petite niche rectangulaire contenant un motif de lyre ornée de feuillage. Quelques exemplaires ont conservé des traces de dorure.

dodat 13    DSCF7962

La loge du gardien de la galerie et l’escalier menant aux logements des particuliers

Du côté de la rue du Bouloi, non loin de la loge du gardien de la galerie, un passage mène à l’escalier conduisant aux logements des particuliers.

DSCF7968

L’allégorie de l’Agriculture, flanquée de deux génies

Les quatre plafonds sont « couverts de peintures allégoriques » qui, selon Georges Cain, rappellent la « manière » de [François-Joseph] Heim ou d’Abel de Pujol » (Le Figaro, 22 juin 1913, [p. 1]). Ils rassemblent quatre peintures octogonales à larges bordures à rinceaux et, pour trois d’entre elles, de petits panneaux peints, de format rectangulaire ou carré, ornés d’un médaillon central disposé sur un décor de grotesques.

Ces peintures montrent des scènes symboliques (figures allégoriques, génies ailés et coiffés d’une flamme) environnées d’attributs sur le thème du Commerce, des Arts et de l’Industrie.  

DSCF7893

Hermès

Du côté de la rue du Bouloi, le plafond est orné d’une seule peinture octogonale, représentant Hermès, dieu du Commerce. Sur le quai d’un port encombré de marchandises et d’une ancre marine appuyée contre un tonneau, le dieu s’avance, le caducée dans une main et la bourse, qu’il exhibe de l’autre main. Le fond marin de l’arrière-plan est occupé, sur un côté, par deux voiliers.

dodat 9

Allégorie du Commerce ou allégorie de la Paix

Le second plafond comprend une grande peinture octogonale et deux petits panneaux rectangulaires. La figure principale pourrait représenter la Paix sous l’aspect d’une jeune femme qui, assise dans un paysage, tient une branche d’olivier (?) et repousse des nuages menaçants. Vêtue d’une simple tunique blanche laissant la poitrine découverte, elle foule au pied des armes. A sa gauche, un trophée guerrier et, à sa droite, une corne d’abondance, le caducée et une lyre, complètent la composition.

DSCF7965

DSCF7966

Le génie de la Science et le génie de la Musique

Les deux médaillons qui flanquent l’allégorie de la Paix semblent représenter deux génies environnés de trophées guerrier (casque empanaché, cuirasse, oriflammes). Le génie de la Science désigne un globe terrestre ; celui de la Musique, joue de la flûte de pan.

dodat 7

L’allégorie de l’Agriculture

Le troisième plafond comprend, comme le précédent, une grande peinture octogonale et deux petits panneaux rectangulaires. La figure principale représente l’Agriculture, sous la forme d’une jeune femme vêtue d’une robe verte et coiffée d’un voile. Elle serre une gerbe de blé contre sa poitrine et retient une corne d’abondance. Elle se tient en avant d’un champ pendant les moissons, près d’une charrue et d’outils de jardinage.

dodat 14

L’un des deux génies de l’Agriculture

Les deux génies de l’Agriculture résument les Quatre Saisons : l’un, assis sur une corne d’abondance, serre des épis de blé dans une main, et montre une grappe de raisin ; l’autre, debout entre divers outils de jardinage, soulève une corbeille de fruits au-dessus de sa tête.

DSCF7897

Apollon

Du côté de la rue Jean-Jacques-Rousseau, le quatrième plafond comprend une grande peinture octogonale , flanquée de panneaux plus grands que les précédents, de format carré. La figure principale représente Apollon dans un paysage; le dieu des Arts serre sa lyre contre lui et tient une couronne de laurier. Les attributs des arts sont jetés sur le sol (harpe, palette et pinceaux, chapiteau de colonne et buste…). Une profonde campagne et une aiguille montagneuse, servant d’appui au cheval ailé Pégase, occupent l’arrière-plan.

DSCF7970     galerie vero dodat 2

Les génies de la Musique et de la Peinture

Les deux génies qui accompagnent la figure d’Apollon représentent la Musique et la Peinture : le premier joue de la mandoline ; le second compose un tableau devant une toile posée sur son chevalet.

dodat 16

Les allégories au revers de la grande arcade de la galerie Véro-Dodat, du côté de la rue Jean-Jacques-Rousseau

Quatre renommées sont peintes en trompe-l’œil sur le revers des deux grandes arcades servant d’entrée à la galerie Véro-Dodat. Elles se présentent sous la forme de jeunes femmes ailées et drapées à l’antique, environnées des attributs distribuées dans les peintures des plafonds (palettes, pinceaux, caducée, épis de blé…).

galerie verot dodat 1

L’entrée de la galerie Véro-Dodat, du côté de la rue Jean-Jacques-Rousseau

Du côté de la rue Jean-Jacques-Rousseau, l’entrée de la galerie Véro-Dodat est aussi soignée : elle est flanquée de pilastres ioniques, qui supportent un entablement dont la frise porte le nom de la galerie. Un balcon surplombe l’arc en plein cintre, mais aucune sculpture. La partie arrondie de l’arcade est également fermée d’une demi-lune en ferronnerie, qui reprend l’inscription de la frise.

.
 
12345...20
  • Sondages

    Quel est votre arrondissement préféré ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...

Meven's Pictures |
Mapassionlestyle |
Latermitechef |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Deborah meets Guimet
| Maillotfoot20131
| Raybancats